23/06/07 – Manifestation  » Chrétiens d’Irak « 

MANIFESTATION
des Assyro-Chaldéens et Syriaques de Marseille

" STOP AU MASSACRE DES CHRETIENS ;

IRAK ON NE T’OUBLIE PAS"

Samedi le 23 juin 2007 à 16h00

en face du Palais de la Préfecture
Place Félix-Baret 13006 Marseille

Les Assyro-Chaldéens de Marseille et ses amies:
contacts:
 Paul DAVID (AFCA): 06.07.89.34.22
 Farouk GORGUIS (AFCA-PNA): 04.91.66.75.33
 
 
Les Associations partenaires:
Association Amitié Franco-Chaldo-Assyrien,
 Association Jeunesse Assyro-Chaldéenne de Marseille,
 Partie National Assyrien,
Association Femmes Syriaque

Association Euro-Arménie,

Eglise Notre Dame de Chaldée,

Eglise Saint Gabriel,
Eglise Maronite,
Eglise Saint Nicholas de Myre,
Arméniens du Sud de la France, 
  et autres amies ou églises d’orient…
 (Arménien,  Melkite Grec, Maronite, Copte …)

Manifestation du 10 juin à Paris :

    voir la vidéo: SOS Chrétiens d’Irak, déclaration des Assyro-Chaldéens

    voir la vidéo: Allocution de Mgr Petrus Yousif

Prendre part au Group de discussion JAC-Marseille

 

Publicités
Cet article a été publié dans BULLETIN D'INFORMATION. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour 23/06/07 – Manifestation  » Chrétiens d’Irak « 

  1. Céline dit :

     De : Irem K.A : keldani genclik Date : 17/06/2007 23:11Objets : [keldanigenclik:59] Irak ve yasa——————————————————————-
    Merhaba Sevgili Arkadaslar,
     
    Turkiye Ruhani Reisler Kurulu Genclik Komisyonu\’nun son toplantisinda ele aldigimiz bir konunun neticesini paylasmak istiyorum sizlerle.
     
    Son gunlerde Irak\’ta yasanan ve yogunlukla cemaatinizi yaralayan acilarin tum dunyada çesitli manifestasyonlarla yanki buldugunu biliyoruz.
     
    Acinizi paylasiyoruz.
     
    Diger cemaatlerin gencleri olarak bizler, burada, Turkiye / Istanbul\’da bu konuya deginen bir dua, ayin, anma ya da paylasma aktivitesi gerçeklestirmeyi arzu etmeniz durumunda destegimizin sizlerle olacagini bilmenizi istiyoruz.
     
    Saygilarimizla,
    Turkiye Ruhani Reisler Kurulu Genclik Komisyonu

  2. Céline dit :

     De : Jacques MOREAUA : OZ Celine Date : 17/06/2007 10:52Objets : lu sur le site de France Catholi——————————————————————-

    La tragédie des chrétiens d’Irak
    lundi 11 juin 2007,
    Le 3 juin, le père Ragheed Ganni et trois de ses sous-diacres ont été assassinés à la sortie de l’office qu’ils venaient de célébrer dans leur église du Saint-Esprit à Mossoul.

    Les chrétiens du Proche-Orient sont traités comme bêtes qu’on mène à l’abattoir. Sans raison, on leur tombe dessus, que ce soit au Liban, en Egypte, en Turquie ou en Irak. En Irak, leur sort devient celui des martyrs. Ils ne sont pas poursuivis pour quelque désaccord politique. De toute façon, les attentats et le terrorisme ne sont pas des moyens légitimes pour défendre ses opinions. Ils sont persécutés parce qu’ils sont chrétiens. Voyez ce qui se passe à Dora, dans la banlieue sud de Bagdad : les familles chrétiennes sont continuellement provoquées. Ou elles paient l’impôt de dhimmitude – ce qui est un retour à une époque révolue, quand les chrétiens étaient simplement tolérés et seulement autorisés à célébrer leur culte par les autorités musulmanes – ou elles quittent leurs maisons et tout ce qui leur appartient. C’est ça ou la mort.
    A Mossoul, le prêtre assassiné devant son église avec ses trois acolytes un dimanche matin, c’est clair que c’est la foi qu’il représente qui est attaquée et le chrétien qu’on veut abattre. Or, il était rare que les extrémistes musulmans s’en prennent aux religieux et aux prêtres. C’est dire à quel degré de violence la persécution est arrivée. On ne compte plus les prêtres, les évêques qui ont été enlevés. Le recteur de Babel College, l’université catholique de Bagdad, et son adjoint ont été capturés, ce qui a décidé le Patriarche à transférer l’établissement en un lieu peut-être pas beaucoup plus sûr. Avant cela, le recteur me disait qu’il avait dû disperser son université en divers points de la capitale et qu’il pensait bien que les allers et retours entre le rectorat et ces établissements seraient dangereux. La preuve !
    On vient d’apprendre qu’un prêtre chaldéen âgé de 30 ans a été enlevé avec cinq fidèles dans le nord-ouest de Bagdad. Les laïcs ont été relâchés, non pas le prêtre. A tout cela, il faut ajouter, ne l’oublions pas, les enlèvements de chrétiens simplement pour les rançonner. Ils ont la réputation d’être riches, ce qui reste à voir. Les rançons financent les actions terroristes. Si la rançon n’est pas versée, le corps est renvoyé, le plus souvent mutilé. Tel fut le sort de Paulos Amer Iskandar, prêtre orthodoxe de 40 ans, père de quatre enfants, et dont le corps décapité fut jeté dans une rue de Mossoul, en octobre dernier, trois jours après son enlèvement.
    Que peut faire le juste devant tant de barbarie ? La déstructuration de l’Etat semble interminable. Qui exerce le pouvoir ? Qui assure la sécurité ? Sûrement pas les Américains qui se terrent dans leurs casernes. Quant aux Anglais à Bassorrah, selon leur habitude, ils ont laissé faire… de sorte que nous sommes sans aucune nouvelle des chrétiens qui se trouvent dans cette région.
    Les chrétiens de toutes dénominations – mais la majorité d’entre eux est chaldéenne en communion avec Rome – ont reflué les uns au Kurdistan irakien vis-à-vis duquel la Turquie n’a pas que de bonnes intentions. Pourtant, faute de mieux, certains se sont réfugiés en Turquie. Le plus grand nombre est allé en Jordanie et en Syrie dans un premier temps. Les plus fortunés ont réussi à reprendre pied, mais ils sont rares. Beaucoup nourrissent l’espoir d’émigrer plus tard en Europe, en Amérique ou en Australie. Certains s’enfuient de Syrie et cherchent à atteindre par des moyens de fortune le Liban ou l’Egypte. On estime qu’en deux ans, la moitié des chrétiens ont fui l’Irak, soit 500.000 sur un total de 2 millions d’Irakiens qui ont quitté leur pays. On parle d’un million deux cent mille réfugiés irakiens pour la seule Syrie.
    L’attitude des patriarches et des évêques est claire : les chrétiens d’Irak sont chez eux en Irak. Ils en constituent même la population originelle. Ils sont partie prenante de la civilisation et une composante de la mosaïque que constitue l’Irak. Comme toujours, d’excellents esprits imaginent qu’on pourrait regrouper les chrétiens dans la région de Ninive sous le prétexte qu’il s’y trouve déjà pas mal de villages chrétiens. Un tel ghetto est inacceptable ; ce parcage serait l’antichambre de l’expulsion. On prête l’intention à Bush d’en parler au Pape lors de sa prochaine visite : la réponse du Pape est déjà connue. Saluons le courage des évêques chaldéens qui se réunissent en synode autour de leur patriarche, Emmanuel III Delly, à Al Qosh, ville située à une vingtaine de kilomètres de Mossoul. Cette assemblée à laquelle se rendent les évêques de la diaspora montre clairement que les chrétiens sont chez eux en Irak et qu’ils entendent y demeurer. Nous nous trouvons à un point de crise extrêmement tragique mais qui n’est pas désespéré. Le Seigneur n’abandonne jamais les siens. Les psaumes sont pleins des cris des justes dans la tourmente où l’injustice semble l’emporter. Le Seigneur a entendu le cri de ses fidèles et leur a envoyé son Fils pour les sauver. Notre époque est donc une époque de combat, actualisation du mystère du salut. Ensemble, formant le corps du Christ, nous avons la force du Christ et l’amour du Christ. Si nous connaissons l’épreuve de la croix, nous savons que nous partageons sa victoire. Nous, chrétiens, nous ne devons pas nous tromper de moyens. Pas question de répondre à la haine par la haine, au crime par le crime. Notre sens de l’homme et de la société qui découle de l’incarnation, nous interdit de faire le blocage du religieux et du politique. Un tel blocage est une atteinte à la liberté et à la dignité de l’homme. Ce n’est pas ce que Dieu veut pour l’homme. Il veut des hommes et des femmes libres, qui choisissent librement d’aimer Dieu et d’aimer les hommes avec l’amour même de Dieu.
    Le politique peut être le lieu de la plus grande charité, comme disait Pie XI, pour défendre les hommes et les femmes dans leurs droits les plus essentiels. Il n’y a pas de démocratie s’il n’existe pas au moins la liberté de penser et de croire ce que l’on veut. Il n’y a pas de civilisation s’il n’est pas établi un rapport clair entre la foi et la raison. Par quelle aberration tant les Occidentaux malades de laïcité antichrétienne que les musulmans, même modérés, n’ont-ils rien compris au message pontifical sur le rapport de la foi et de la raison ? On voit où ça mène. Combattons donc avec nos frères d’Irak, avec les mêmes armes : celles du Christ pour notre rédemption.
     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s