déclaration

Pascale Warda reproves and condemns the attacks against the Christian sacred places. Pascale Warda, former minister of displacement and migration, president of the Iraqi   Woman Center, condemns the criminal conduct of those who, last Sunday (Epiphany feast), attacked several Christian churches at Mossoul and Baghdad. Here is her statement

 

Declaration

 

Last Sunday, 6 January 2008 (Epiphany feast) terrorists once more attacked Iraqi churches and monasteries in Baghdad and Mossoul, which clearly attests their hatred and fanaticism against the Christian faith. Their aim was obviously to frighten the Iraqi Christians. On the one hand, they wanted to destroy their hope during those holy days in which they celebrate the birth of the king of peace and love, Jesus Christ – to him the glory- and, on the other hand, to oblige the Chaldeans, Syriacs, Assyrians, who are the sons of the nation, and who are  considered as being a secondary branch of Iraq, although they are its roots, to leave their homes and goods, and also to compel them to emigrate, so as to cut their links with the earth of their ancestors and with their beloved country, Mesopotamia.

 

So, we ask the Iraqi government, the coalition forces, and especially His Excellency Mr. Nouri el Mālaki, our Prime Minister, to take the necessary steps to protect the religious buildings and to put the problem of the constant attacks against Christians among the hot questions of their political schedule. Now, we see that the government considers the problem of the Christians as a secondary matter. It increases in the Christians the feeling of being neglected and that because of the absence of solutions and real steps after the repetition of these crimes and the increase of human casualties because of the terrorist attacks. They feel all the more marginalized as they are not represented in the Iraqi government or in the other offices where the decisions are taken.

Of course, the protection that we ask differs from the nice feelings which we usually hear in the media and in the protocol meetings with the heads of the Churches. Those traditions are not new, they already existed in the days of the tyrant, in different ways. 

The equal rights for all citizens must be a new way for a government which calls to democracy. It is the answer for the Iraqi Christians as all Iraqi citizens must be equal, not only in duties but also in rights

Therefore, the Christians need a legal protection and not a patching solution. And this is true for all Iraqi minorities, whether religious or ethnic. Not to give importance to this problem is all the more unfair as it applies to the most sincere community towards the country and the land. That would lead to more problems and would weaken all the efforts that the Iraqi government tries to carry out to fulfill stability, security, peace and the political balance which all are expecting.

This criminal action against the holy places of the Christians in Iraq must be reproved by all nations and groups who believe in the value of brotherhood and love between the sons of the same land. This is a terrorist action which must be reproved and condemned.

 

                                                                              Mrs. Pascale Warda

                                                        Former minister of displacement and migration

                                                                                  7 January 2008 

———————————————————————————————————

Pascale Warda condamne et blâme les aggressions contre les lieux sacrés chrétiens.

Pascale Warda, ancienne ministre des émigrés et des déplacés, présidente du Centre de la Femme Iraquienne, réprouve la conduite criminelle de ceux qui ont attaqué un certain nombre d’églises chrétiennes à Mossoul et Bagdad dimanche dernier, (fête de l’Epiphanie). Voici son texte:

 

Déclaration

 

Dimanche dernier 6 janvier 2008 (fête de l’Epiphanie), des terroristes ont, une fois de plus, attaqué des églises et des monastères iraquiens à Bagdad et Mossoul, ce qui témoigne, de manière manifeste, de leur haine et de leur fanatisme envers la religion chrétienne. Leur but est, de toute évidence, de faire particulièrement peur aux iraquiens. Ils voulaient, d’une part, saper l’espoir dans lequel vivaient les iraquiens pendant ces jours saints de la naissance du Roi de la Paix et de l’Amour, Jésus le Christ – à Lui la gloire -, et, d’autre part contraindre ces fils de la nation que sont les chaldéens, les syriaques, les assyriens, considérés comme une branche secondaire de l’Iraq, alors qu’ils sont ses racines, et les contraindre à quitter leurs maisons et leurs biens, voire les obliger à l’émigration forcée, afin de couper leurs liens avec la terre de leurs ancêtres, avec leur pays bien-aimé, la Mésopotamie.

 

C’est pourquoi nous demandons au gouvernement iraquien, aux forces de la coalition et spécialement à Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Monsieur Nouri el Mālaki, de prendre les mesures qui s’imposent pour protéger les bâtiments religieux, et mettre le problème des attaques continuelles des chrétiens parmi les questions brûlantes de leur agenda politique. Ce que nous voyons actuellement c’est que le gouvernement considère le problème des chrétiens comme une affaire secondaire. Il se crée chez eux le sentiment d’être délaissés, du fait de l’absence de résolutions et de pas véritables à leur endroit, alors que ces crimes se répètent et que s’accroît le nombre de victimes humaines du fait des terroristes. Ils se sentent d’autant plus marginalisés que personne ne les représente au gouvernement iraquien, ni dans les autres organismes où sont prises les décisions politiques.

La protection que nous demandons est, bien sûr, d’un autre ordre que celui des bons sentiments que nous entendons généralement dans les media et les rencontres protocolaires avec les chefs d’Eglises. Ces usages ne sont pas une chose nouvelle, car, même du temps du tyran, ils existaient sous des formes diverses. L’égalité des droits des citoyens s’impose comme étant une nouvelle manière d’agir pour un gouvernement qui appelle à la démocratie et c’est la solution pour les chrétiens iraquiens, car l’égalité n’est pas seulement une égalité de devoirs mais aussi de droits.

Les chrétiens ont donc besoin d’une protection légale, et pas d’une solution qui soit un bricolage. Cette question est d’ailleurs la même pour toutes les minorités religieuses et ethniques en Iraq. Le fait de ne pas attacher assez d’importance à la gravité de ce problème est d’autant plus injuste qu’elle s’exerce envers la communauté la plus sincère envers l’Iraq, celle qui aime le plus sa terre. Cela ne servira qu’à compliquer davantage et affaiblir tous les efforts que le gouvernement iraquien essaie de réaliser pour la stabilité, la sécurité, la paix et l’équilibre politique que tous attendent.

Cette action criminelle envers les lieux religieux chrétiens en Iraq ne peut être que condamnée par toutes les nations, les peuples, les groupes qui croient à la valeur de la fraternité et de l’amour entre les fils d’une même nation. C’est un acte terroriste blâmable et condamnable.

 

                                                                      Madame Pascale Warda

                                                        Ancienne ministre des émigrés et déplacés

                                                                               7 janvier 2008

  

Publicités
Cet article a été publié dans ACTU Assyro-chaldéenne. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s