Marseille

Semaine de prière pour l’unité des chrétiens

Dans le cadre de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens sur le thème « Tu aimeras l’étranger comme toi-même… » qui se déroule du 19 au 25 janvier, une soirée a été aussi été réservé au communauté chaldéenne de Marseille le mercredi 21 janvier 2009 à 19h à l’Eglise Saint-Ferréol (sur le Vieux-Port, quai des Belges) en partenariat avec ACAT (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture. Vous trouverez ci-joint le texte lu par Céline OZ sur la situation des chrétiens d’Irak :

 

Situation des chrétiens d’Irak:

 

Formant une des plus anciennes communautés chrétiennes du Moyen-Orient, les chrétiens d´Irak étaient encore un million en 1980. Aujourd’hui au nombre de 636 000, ils représentent seulement 2 % de la population du pays, la majorité appartenant à l´Église catholique chaldéenne qui compte environ 350.000 membres.

 

Les chrétiens en Irak étaient jadis les frères des enfants des autres religions et vivaient en paix, charité et dans le respect mutuel ; et ils étaient fidèles à leur humanité et à leur religion ; ils partagaient avec leur frères musulmans la joie et la tristesse dans les diverses occasions de réjouissance ou de douleur. Ensuite arriva la guerre. Et les choses changèrent de fond en comble, les chrétiens commencèrent à souffrir en tant que chrétien, surtout à Bagdad, Mossoul et Bassorah. Il y a les menaces, l’expulsion, l’hostilité, le rapt soit des riches soit des pauvres, pourvu qu’ils soient chrétiens ; il y a des meurtres de Chrétiens qui n’ont pas versé la rançon demandée après enlèvement, il y a aussi bien d’autres crimes de violence. Tout cela parait étrange à notre culture mésopotamienne, à notre éducation chrétienne et aussi aux principes indulgents des musulmans. L’émigration a joué un rôle important en diminuant le nombre de Chrétiens en Iraq et en causant l’égarement de nos enfants ; c’est une perte irreparable pour l’Iraq. L’émigration amplifie l’éloignement de la patrie et nous avertit que l’Iraq sera bientôt vide de ses chrétiens et que nos générations seront perdues. Ce dont nous avons besoin pour ce qui souffrent et endurent les difficultés de la vie chez eux, ceux qui sont restés en Iraq, émigrés dans leur propre pays. Ils n’ont qu’à attendre la miséricorde du Bon Dieu et sa paix car quitter sa patrie reviendrait à effacer le mot chrétienté de la carte de l’Iraq.  

 

La communauté assyro-chaldéenne lance un appel public et solennel à  l’opinion publique française en faveur des chrétiens d’Irak et appelle tous les démocrates, les défenseurs des libertés et des droits fondamentaux de l’être humain et toutes les personnes de bonne volonté à agir et à devenir des ambassadeurs du peuple originel de la terre entre les deux fleuves, opprimé et persécuté par des groupes armés fondamentaux, auteurs d’actes barbares contre les Assyro-Chaldéens d’Irak.

 

Les Assyro-Chaldéens d’Irak, descendants des Mésopotamiens de l’antiquité et qui habitent l’Irak depuis des millénaires, ne peuvent plus supporter les exactions, les persécutions, les intimidations quotidiennes, de plus en plus récurrentes, et plus que jamais menaçantes, émanant de groupuscules radicaux armés, venus de l’étranger pour déstabiliser l’Irak, monter les différentes composantes ethniques les unes contre les autres et tenter d’homogénéiser la société irakienne. Ces groupes marginaux qui nourrissent ouvertement le dessein de déchristianiser l’Irak en instrumentalisant la religion ne parviendront pas à atteindre cet objectif. Car, les Chrétiens d’Irak ne baisseront pas les bras devant les actes barbares et la violence ; le peuple irakien, solidaire des chrétiens, ne tombera pas dans le piège de la haine.

 

La situation des chrétiens d’Irak se dégrade de jour en jour. Partagés entre la tentation de l’exil pour échapper aux actes violents et aux attentats et agressions dont ils sont victimes et l’amour pour leur patrie, terre de leurs aïeux, les Assyro-Chaldéens attendent impatiemment le soutien de la communauté internationale qui doit se pencher sérieusement sur leur situation déplorable et chaotique.

 

Les chrétiens d’Irak ne souhaitent pas l’éclatement de l’Irak, pays auquel ils sont profondément attachés.  Ils aspirent à des jours meilleurs ; ils espèrent dans un avenir radieux dans lequel toutes les composantes ethniques vivront en parfaite harmonie et dans une cohésion sociale sans faille. Ils s’attendent à des jours où des Sœur Cécilia, des Père Ragheed et ses trois diacres, Monseigneur Paul Faraj Raho (Archeveque de Mossoul) ne seront pas froidement exécutés ou décapités. Ils ne doutent pas ; ils sont persuadés qu’un jour, la guerre, les luttes fratricides ne seront qu’un mauvais souvenir. Ils sont confiants et ne désespèrent pas.

 

En attendant, l’heure est grave : les Assyro-Chaldéens d’Irak ne sont plus en sécurité sur leurs terres ancestrales. Depuis le début de l’intervention américaine en Irak, en 2003, considérés comme les collabos des forces américaines, ils ont fait l’objet d’assassinats, d’enlèvements, d’agressions. Leurs églises ont été incendiées, bombardées. Leurs évêques et prêtres ont été enlevés et séquestrés jusqu’à ce que des rançons aient été versées. Les jeunes filles ont été agressées à l’acide et ont été contraintes à porter le voile. Les jeunes garçons ont été forcés d’interrompre leurs études. Des enfants ont été abattus ; des familles par centaines ont été anéanties. Des CD-ROM contenant des images d’exécutions ont été distribuées dans les boîtes aux lettres des chrétiens pour les terroriser, leur demander de déserter les églises, de se convertir ou de quitter immédiatement l’Irak sous peine de subir le même sort que les personnes montrées dans les enregistrements vidéo. Quelle cruauté ! Ces atrocités étaient intenables ; beaucoup ont choisi l’exil pour sauver leurs vies, préserver la vie de leurs enfants. Aucune autre issue ne se profilait à l’aube sombre de l’Irak.

 

La communauté internationale, et plus particulièrement la France, ne peuvent rester silencieuses et insensibles au cri déchirant des chrétiens assyro-chaldéens d’Irak. La France a un rôle crucial à jouer dans la protection des chrétiens d’Irak et d’orient. Au nom des liens très étroits qui lient la France -qui a, par ailleurs, donné naissance au vocable « Assyro-Chaldéen »- aux chrétiens d’orient doivent lui permettre d’agir très rapidement au niveau national et international pour solliciter la protection de la minorité chrétienne d’Irak dont la population chute considérablement depuis le début de la guerre. France, terre d’asile et des libertés, écoute le cri du cœur des chrétiens assyro-chaldéens d’Irak.

Publicités
Cet article a été publié dans ACTU Assyro-chaldéenne. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s