Irak : les responsables ecclésiastiques font entendre leur voix à l’étranger

Irak : les responsables ecclésiastiques font entendre leur voix à l’étranger

22/02/2011, Une délégation irakienne vient d’être reçue au Conseil oecuménique des Eglises. Cette visite a permis aux responsables ecclésiastiques irakiens d’avoir un contact direct avec les représentants de plus de 150 Eglises. A cette occasion, les membres du Comité central du COE ont tenu à exprimer leur « solidarité oecuménique » à l’égard de la population irakienne en butte à une insécurité quotidienne.

La délégation était composée du patriarche Mar Addai II, catholicos de l’Ancienne Eglise de l’Orient (Bagdad), l’archevêque Avak Asadourian, primat de l’Eglise arménienne orthodoxe d’Irak et secrétaire général du Conseil des responsables d’Eglise chrétiens d’Irak, l’archevêque Mar Georgis Sliwa, métropolite du Diocèse d’Irak de l’Eglise apostolique assyrienne de l’Orient, l’archevêque Mar Severius Hawa, métropolite du diocèse de Bagdad de l’Eglise orthodoxe syrienne, le père Nadheer Dako, de l’Eglise chaldéenne, et le pasteur Yousif Jamil Al-Saka, de l’Eglise presbytérienne de Bagdad.

Créé début 2009, le Conseil des responsables d’Eglise chrétiens d’Irak s’efforce de rassembler les Eglises de ce pays pour se soutenir mutuellement, plaider en faveur de la sécurité et développer la vie oecuménique en Irak.

Les priorités les plus urgentes, a affirmé l’archevêque Sliwa, concernent la sécurité, la nécessité « d’enquêter sur les véritables raisons » de la violence que subissent tous les Irakiens, et celle de « faire en sorte que l’Etat ait les moyens » de garantir le respect des droits et de la sécurité de la population, sans distinction de religion ni d’origine ethnique.

L’archevêque Asadourian a également expliqué que le travail diaconal de l’Eglise reste dynamique, en permettant à des personnes traversant des difficultés économiques de se nourrir et de se loger. Ainsi, les groupes de femmes issues de l’Eglise « sont très dynamiques et sont membres d’organisations de défense des causes », a-t-il indiqué, expliquant notamment que des femmes « se rendent dans les foyers pour voir comment vivent les familles et quels sont leurs besoins ». Par ailleurs, lors d’un passage à Vienne, l’archevêque chaldéen de Kirkouk, Mgr Louis Sako, a dénoncé les assassinats dont sont victimes les chrétiens. Depuis l’invasion américaine de 2003, ce n’est pas moins d’un millier de chrétiens qui a été assassiné. Pour Mgr Sako, la solidarité ne doit pas se limiter aux mots, mais doit aussi se traduire en actes. L’archevêque chaldéen catholique de Kirkouk a évoqué la tendance à « l’islamisation », qui se développe depuis près de 60 ans au Proche-Orient. Les chrétiens y sont forcés de quitter le pays ou de régresser vers un statut de « citoyens de deuxième classe » (selon l’ancien concept islamique de « dhimmi », qui signifie un statut de « protégé » soumis à un certain nombre de discriminations). Les raisons économiques sont également déterminantes dans le choix de l’exil, puisqu’il n’y a pas assez de travail et d’infrastructures dans les villages du Nord de l’Irak, où de nombreux chrétiens citadins se sont réfugiés. Néanmoins, « Ce serait une véritable catastrophe, si par exemple à Mossoul, où se trouvent les plus anciennes églises de la chrétienté, ne vivait plus aucun chrétien » a encore précisé l’archevêque.

Publicités
Cet article, publié dans ACTU Assyro-chaldéenne, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s