Le cardinal Daoud, ancien préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales, est mort

Le cardinal Daoud, ancien préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales, est mort

Le cardinal Ignace Moussa I Daoud, patriarche émérite des syriens-catholiques et ancien préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales, est mort samedi 7 avril à Rome, âgé de 81 ans.

Dans un télégramme adressé à Ignace Youssif III Younan, primat, depuis 2009, de l’Église syrienne-catholique, Benoît XVI a évoqué la mémoire d’« un pasteur fidèle » de l’Eglise. Les syriens-catholiques sont aujourd’hui environ 150 000 dans le monde, notamment en Irak, en Syrie et dans la diaspora. Après le décès du cardinal Daoud, le Collège des cardinaux compte désormais 211 membres, dont 123 électeurs.

Né en 1930 dans le village syrien de Meskané, près de Homs, le cardinal Daoud avait été archevêque de cette ville, avant d’être nommé en 1998 par Jean Paul II patriarche d’Antioche des syriens-catholiques. Il avait été aussi le premier évêque venu d’Orient à occuper au Vatican le poste de préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales, entre 2000 et 2007. Il avait été créé cardinal par Jean-Paul II lors du consistoire de 2001.

Pour le cardinal Daoud, les catholiques orientaux ont pour mission de porter les trésors de l’Orient chrétien au cœur de la catholicité, un patrimoine liturgique, théologique et spirituel précieux. Il se voulait « un pont entre l’Eglise et les Églises orientales ». Quitter sa terre natale pour Rome avait été pour lui « un grand sacrifice ». Il insistait souvent sur le fait que « l’Eglise catholique ne s’identifie pas à la seule tradition latine ; elle est enrichie de l’apport des traditions orientales qui la composent, avec leurs propres droits et devoirs ». Et il concluait : « Les paroles de l’Occident ne peuvent parler au monde moderne sans les paroles de l’Orient ».

Il était partisan du dialogue avec l’islam, persuadé que les motifs de tensions entre chrétiens et musulmans sont de nature politique et non religieuse. Enfin, il s’était battu pour freiner l’exode des chrétiens arabes.

Ses obsèques se dérouleront le 10 avril, à 17 heures, en la basilique Saint-Pierre de Rome.

Frédéric MOUNIER, à Rome

Publicités
Cet article a été publié dans ACTU Assyro-chaldéenne, Chretienté Info. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s