La fuite de chrétiens de Syrie vers la Turquie

La fuite de chrétiens de Syrie vers la Turquie

7012281-la-fuite-de-chretiens-de-syrie-vers-la-turquieFamille de Syriens de confession syriaque, l’une des églises catholiques orientales, à l’entrée d’un monastère à Midyat, dans le sud-est de la Turquie. La plupart des réfugiés chrétiens ont pris la direction du Liban ou de la Jordanie mais quelques milliers ont choisi la Turquie. Pour beaucoup d’entre eux, il s’agit d’un retour aux – lointaines – origines, un siècle après l’exode de leurs ancêtres qui fuyaient alors le climat hostile dans la Turquie de la Première Guerre mondiale et de l’entre-deux-guerres. /Photo prise le 2 février 2014/REUTERS/Umit Bektas (c) Reuters

par Ayla Jean Yackley

MIDYAT Turquie (Reuters) – Quand Louis Bandak a fui les violences en Syrie, il a trouvé refuge dans le pays que son grand-père avait dû abandonner il y a 90 ans presque jour pour jour.

Louis Bandak et sa famille ont rejoint la cohorte, de plus en plus grande, de ces chrétiens qui ont traversé la frontière au nord pour rejoindre la Turquie et laisser derrière eux une guerre qui a déjà fait plus de 140.000 victimes.

« Même si je n’y étais jamais allé, je ne m’y sens pas étranger. Ici aussi, c’est chez moi », dit-il à l’entrée du monastère Mor Abrohom, un vestige du Ve siècle, à une cinquantaine de kilomètres au nord du dernier village syrien.

La plupart des réfugiés chrétiens ont pris la direction du Liban ou de la Jordanie, des pays avec lesquels ils ont souvent une proximité linguistique et culturelle. Mais quelques milliers ont choisi la Turquie.

Pour beaucoup d’entre eux, il s’agit d’un retour aux – lointaines – origines, un siècle après l’exode de leurs ancêtres qui fuyaient alors le climat hostile dans la Turquie de la Première Guerre mondiale et de l’entre-deux-guerres.

Dans la mesure où l’Onu ne tient pas de comptabilité en fonction de la religion des uns et des autres, il est impossible de connaître le nombre exact de chrétiens réfugiés mais selon Mark Ohanian, de Charités chrétiennes orthodoxes internationales, ils sont entre 300.000 et 500.000.

S’ils ont quitté leur maison, c’est en partie parce que la communauté chrétienne, considérée comme un soutien du pouvoir de Bachar al Assad, s’est sentie menacée par la rébellion.

Les chrétiens de Syrie, qui représentaient environ 10% de la population du pays avant le conflit, se sont pourtant tenus à l’écart des affrontements entre des rebelles souvent sunnites d’un côté et, de l’autre, Bachar al Assad, qui appartient au clan alaouite, et ses alliés chiites.

TRANSIT VERS L’EUROPE

« Les chrétiens sont pris pour cible parce qu’ils sont vus comme des alliés d’Al Assad, mais aussi parce qu’ils représentent une cible naturelle pour les fondamentalistes », explique l’historien William Dalrymple, spécialiste des communautés chrétiennes du Moyen Orient.

Jusqu’au déclenchement du conflit, la Syrie était un havre de paix relatif pour les chrétiens à l’image de ce que pouvait être l’ensemble du Moyen Orient, plus tolérant, il y a 50 ans, selon William Dalrymple.

« Les chrétiens du Moyen Orient vivent leur période de déclin la plus spectaculaire, et c’est irréversible », ajoute-t-il, en soulignant que l’Irak a perdu près de 70% de sa population chrétienne depuis l’intervention américaine en 2003.

Louis Bandak a pris la décision de partir au printemps 2013, lorsque des combattants étrangers ont contrôlé ses papiers et l’ont accusé de collaboration avec l’Etat sur la seule foi de son nom à consonance non-musulmane.

« J’ai dit que j’étais un pauvre électricien, ils m’ont relâché. Je n’arrêtais pas de trembler, j’ai pensé à ce que deviendraient mes filles sans leur père », raconte-t-il.

« Nous en avons eu marre de la guerre. La prochaine fois que j’irai en Syrie, ce sera pour du tourisme », ajoute son épouse, Ninorta.

Quelques valises de vêtements et un disque dur plein de photos sous les bras, le couple et leurs filles ont atterri à Midyat où ils vivotent avec environ 500 autres Syriens. Désormais, ils attendent un visa pour l’Allemagne.

Louis Bandak est syriaque, l’une des églises catholiques orientales, qui rassemble environ 180.000 fidèles.

Selon le président de la Fondation syriaque orthodoxe d’Istanbul, Sait Susin, plus de 5.000 d’entre eux sont arrivés en Turquie puis, de là, sont partis en Europe – même si on ne peut pas connaître leur nombre exact compte tenu des conditions dans lesquelles ils transitent.

En attendant son éventuel visa, Louis Bandak doit faire avec les rudiments de turc que lui a enseignés son grand-père, Barsom, qui avait pris le chemin de la Syrie le 24 février 1924.

 (Simon Carraud pour le service français, édité par Pierre Sérisier)

Publicités
Cet article, publié dans ACTU Assyro-chaldéenne, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s