Discours de Joseph Yacoub pour le « 1er avril »

Discours de Joseph Yacoub pour le « 1er avril »

Discours prononcé à Sarcelles par Joseph Yacoub, le samedi 28 mars 2015, à l’occasion du Nouvel An assyro-chaldéen 6765, au cours de la soirée organisé par l’AACF.

1902051_803337546387236_5282060054089464995_n 11082639_803286593058998_1962767227476931431_n 11083876_822962307740303_5318219943016372305_n

« KHA B’NISSAN »

« En ce jour de fête, la naissance du printemps, je vous dis Bonne Année.

Quelle est la signification du Nouvel An assyro-babylonien : Kha b’Nissan ?

Kha b’Nissan c’est d’abord un hommage à la mémoire, car il s’agit d’une fidélité à une histoire qui remonte à plus de 5000 ans, celle de la civilisation mésopotamienne, un des berceaux majeurs où l’humanité trouve ses racines.

Cette mémoire a failli cependant disparaître, si ce n’est les découvertes archéologiques entreprises depuis 1840 par les archéologues occidentaux où la France, avec l’Angleterre, l’Allemagne et les Etats-Unis ont joué un rôle important.

On ne dira jamais assez les effets et l’impact des excavations archéologiques sur la prise de conscience nationale des Assyro-Chaldéens.

Il faut rappeler qu’après la chute de Ninive en -612 et de Babylone en -539, la domination fut telle que tout a été anéanti et enfoui sous terre.

Et c’est à partir du milieu du XIXè siècle qu’on a commencé à déterrer et faire sortir de l’oubli, figurez-vous 2500 ans après ! ce patrimoine qui appartient désormais à l’humanité.

On découvre ainsi une si brillante civilisation et, avec elle, les cérémonies de Akitu qui se déroulaient dans le temple Ezagil, dédié au dieu suprême, Marduk.

Kha b’Nissan c’est aussi la fête de l’élévation et de la transcendance qui lient intimement le ciel et la terre. Autrement dit, c’est l’hommage rendu par l’humanité à la divinité.

Ce qui explique que Kha b’Nissan a un caractère religieux.

C’est en effet au temple du dieu Marduk, trônant dans son sanctuaire, qu’on célébrait au printemps de chaque année, la plus importante et la plus imposante des fêtes du calendrier babylonien, qui durait 15 jours.

On honorait Marduk, la divinité suprême du Panthéon babylonien.
Ces cérémonies avaient un sens dans la cosmogonie babylonienne. Peuple religieux et pieux, les Assyro-Babyloniens se lamentaient de la mort de la végétation et se réjouissaient du retour du printemps. Ils le manifestaient par des processions durant lesquelles on faisait des offrandes, on prononçait des complaintes, on chantait des hymnes, on pratiquait des danses rituelles annonciatrices, on récitait des poèmes, dont la célèbre épopée Enuma Elish (Lorsqu’en haut…), on célébrait des rites expiatoires et on offrait des sacrifices.

C’était la fin d’un cycle et l’augure d’un autre.

Kha b’Nissan c’est également la fête de la fertilité et de la transformation de la nature.

En outre, il est important de relever que Kha b’Nissan peut être perçu, d’un point de vue anthropologique, comme une manifestation de l’humilité du pouvoir politique et sa subordination à un au-delà qui dépasse le temporel.

La fête se déroulait à certains jours en présence du roi de Babylone, qui se rendait au sanctuaire l’Esagil, où il était accueilli par le grand-prêtre, Sheshgallu à qui il remettait les symboles de sa royauté.

C’est alors, écrit Georges Roux, grand spécialiste français de la Mésopotamie ancienne, que « le prêtre gifle le monarque, le traîne par les oreilles devant Marduk et l’oblige à se prosterner jusqu’au sol. » Le roi dira « qu’il n’a pas péché, qu’il n’a pas négligé le règne divin, qu’il n’a pas détruit Babylone, qu’il n’a pas oublié les rites et qu’il n’a pas humilié ses subordonnés. » Ensuite, poursuit G. Roux, le sheshgallu se veut réconfortant et s’adresse au roi en ces termes : « Ne crains rien, le dieu Bêl écoutera ta prière, magnifiera ta seigneurie et exaltera ta royauté (…). »

Il rend au roi ses insignes, le frappe de nouveau sur la joue. Et voici le présage : « Si, lorsqu’il frappe la joue du roi les larmes coulent (c’est que) le dieu Bêl est amical. » A l’inverse, « si aucune larme n’apparaît, le dieu Bêl est fâché : l’ennemi se dressera et provoquera sa chute. »

Aujourd’hui, que nous enseigne Kha b’Nissan ?

Les enseignements que nous pouvons en tirer, se résument, à mon avis, en cinq éléments :

Fidélité aux traditions, importance du facteur religieux, les lamentations, l’esprit de renouveau et l’union du peuple.

Expliquons-nous.

Il est frappant de constater qu’entre le passé et le présent, il existe une constante dans le domaine du maintien, voire de ressemblance des traditions.

Au sujet de la religion et des rites qui l’accompagnent, on peut dire qu’ils se retrouvent dans nos liturgies chrétiennes. Il suffit, à ce propos, de voir la place importante qu’occupent l’histoire et la culture mésopotamienne dans l’Ancien et le Nouveau Testament.

Pour ce qui des lamentations et du renouveau, nous pleurons aujourd’hui devant la tragédie de Mossoul et du Khabour. Nous nous lamentons aussi sur les victimes du génocide de 1915 et des massacres de Simélé de 1933. Comme naguère, ces lamentations se perpétuent dans des poèmes, sont consignés dans des récits, sont transmis au travers des rituels, des prières et des hymnes offerts au Seigneur de l’Univers.

En même temps, quant à l’éclosion de la vie, nous continuons à espérer. Car, animés par la foi et la volonté de briser l’injustice, et en communion avec tous les peuples du monde, nous exigeons la reconnaissance du génocide assyro-chaldéen de 1915.

Suivant l’exemple de ces Babyloniens de l’antiquité qui travaillaient dans l’unité, j’en appelle, en cette année du génocide, les deux associations (AACF et UACF) à travailler ensemble sous la forme d’une fédération pour une représentation plus efficace, donc plus forte du peuple assyro-chaldéen. »

JOSEPH YACOUB, Professeur honoraire de l’Université catholique de Lyon

voir aussi en Turc : FRANSA’DAKİ ASURİ KELDANİLER YENİ YILI COŞKUYLA BİRLİKTE KUTLADILAR

 

Advertisements
Cet article, publié dans ACTU Assyro-chaldéenne, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s